Découvrir

Le portrait de l’autonomie régionale

Le portrait des secteurs

Les portraits visent à mesurer le niveau d'autonomie actuel de chacun des secteurs impliqués par le projet. Ils permettent de connaître notre point de départ et ainsi estimer le chemin que nous avons à parcourir pour atteindre notre objectif d’au moins 50 % d'autonomie dans chaque secteur d'ici 2054.

Les portraits sont réalisés en collaboration avec les expert·e·s et les acteur·trice·s clés de chaque secteur.

Détails du portrait du secteur manufacturier (se vêtir et se loger) à venir en 2022.

Notre autonomie
bioalimentaire

À partir des filières étudiées, nous pouvons estimer notre autonomie bioalimentaire théorique à environ 42 %. Cela montre que l’objectif d’au moins 50 % n’est pas utopique et que notre région serait déjà capable de nous fournir une bonne partie de notre alimentation. Les défis restent toutefois importants pour avoir une autonomie réelle et adaptée à nos besoins. En effet, notre système de production bioalimentaire est déséquilibré du point de vue de nos consommations.

Par exemple, les légumes et les fruits sont les aliments les plus consommés (près de 60 % des consommations totales) alors que la viande arrive loin en tête des productions (plus de 60 % des volumes de production bioalimentaire).

Nous produisons donc plus de viandes que nos besoins alors que nous couvrons moins d’un quart de nos consommations en fruits et légumes. L’atteinte des objectifs de FabRégion Bas-Saint-Laurent implique de créer des circuits de proximité pour faciliter la consommation des produits locaux, ainsi qu’une évolution des habitudes de consommation en faveur des produits de saison.

Consultez ici le communiqué de presse

Cartographie des initiatives bioalimentaires du Bas-Saint-Laurent

Cette carte répertorie les démarches bioalimentaire dans le cadre du projet FabRégion Bas-Saint-Laurent. Elle s'intéresse aux initiatives régionales qui peuvent favoriser l'autonomie alimentaire de la région. Les données sont issues de divers travaux réalisé par Vivre en ville, la table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent, les saveurs du Bas-Saint-Laurent et les jardins communautaires, qui ont été mise à jour avec la collaboration de plusieurs partenaires du secteur bioalimentaire. Pour consulter la carte cliquez ici ou sur l'image ci-contre.

Pour un besoin d'accompagnement pour intégrer votre initiative, consultez la vidéo explicative ici.

NB : La carte peut contenir des erreurs, des incohérences ou encore des manques, n'hésitez pas à nous le signaler ! Pour cela, cliquez sur "Ajouter un élément" ou "Proposer des modifications" quand vous cliquez sur une initiative qui présente selon vous une erreur.

La cartographie des initiatives bioalimentaires du Bas-Saint-Laurent

Actualités du secteur biolalimentaire

Notre autonomie
énergétique

L’autonomie énergétique totale du Bas-Saint-Laurent est estimée à environ 35 % en 2020. L’électricité représente un peu moins de la moitié de nos consommations totales d’énergie, qui sont couvertes à 80 % par la production des parcs éoliens de la région. Le principal enjeu vient donc du côté du pétrole, avec 55 % de nos consommations énergétiques totales, et aucune production locale.

Notre autonomie est donc nulle en matière de pétrole.

Avec l’annonce récente du gouvernement Legault de mettre fin à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures au Québec, il est maintenant clair que le principal enjeu pour notre autonomie énergétique régionale réside dans l’évolution de nos consommations.

Environ 70 % de ces consommations en hydrocarbures au Bas-Saint-Laurent sont liées aux transports routiers, dont près de 50 % pour le transport individuel des personnes en voiture et camion léger, contre 38 % pour le transport de marchandises en camion. En comparaison, l’électricité ne représente que 0,38 % des consommations d’énergie en transport. L’électrification des transports est donc un chantier majeur qui reste à réaliser, mais la production actuelle ne pourrait pas couvrir une électrification massive. En parallèle d’une augmentation de nos capacités de production d’énergie renouvelable, une inévitable évolution de nos habitudes énergétiques doit être une priorité.

Consultez ici le communiqué de presse

Actualités du secteur énergétique