Comprendre

FabRégion Bas-Saint-Laurent

Le réseau Fab City

Depuis octobre 2020, le Bas-Saint-Laurent est devenu le premier territoire canadien à s'engager dans le réseau FabCity.

Le réseau prend son origine dans les premières expériences menées par Barcelone, en lien avec le MIT de Boston et le réseau international des FabLabs, visant à rendre la ville plus productive et autosuffisante. C’est en 2014 que les premières villes ont répondu au défi lancé par de Barcelone de devenir autonome d’ici 2054, formant ainsi officiellement le réseau FabCity.

Ce qui relie les 41 membres du réseau c’est un objectif commun : atteindre au moins 50 % d’autonomie d’ici 2054.

Consulter le manifeste
Manifeste de FabRegion
Carte Fabregion

Le projet

La pandémie actuelle nous montre la nécessité de rapprocher les lieux de production et de consommation dans des circuits courts. De multiples initiatives sont déjà à l’œuvre dans le Bas-Saint-Laurent pour favoriser une plus grande autonomie et une meilleure résilience de notre région face aux crises.

Il est temps aujourd’hui de dépasser le stade des initiatives individuelles ou localisées pour faire un projet collectif partagé et porté par tous et toutes.

Cela implique d’abord de coordonner les différentes initiatives et la diversité des acteur·trice·s engagé·e·s dans le mouvement pour que tout le monde travaille dans le même sens et puisse renforcer mutuellement l’économie sur une base sociale et écologique.

Le projet de FabRégion Bas-Saint-Laurent, coordonné par Le Laboratoire en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-loup, est une réponse concrète à ce besoin. Le principe du projet s’inscrit dans le réseau international de villes et régions FabCity, dont l’objectif fondamental est de rendre les villes et territoires plus autonomes.

Notre vision

En 2054, au moins 50 % des consommations en énergie, agriculture et bien manufacturés, au Bas-Saint-Laurent est assuré par des productions locales durables.

Notre vision

Notre mission

Survolez ou cliquez sur les mots pour avoir plus de détails.

Cocréer la transition vers une autonomie régionale durable

Parce qu’il va falloir de l’inventivité pour créer le monde de demain. Nous n’en manquons pas au Bas-Saint-Laurent, il suffit de la mettre en œuvre ensemble.

Parce que le système social et économique dans lequel on vit ne peut pas se maintenir en l’état, nous désirons favoriser un changement vers un meilleur système. Dans le fond, c’est ça la transition.

Parce que nous pensons que le monde de demain devrait permettre de se procurer l’essentiel dont nous avons besoin pour vivre sur notre territoire. L’objectif final, c’est de reprendre un peu de contrôle sur notre destin commun, tout en restant connecté et dans l’entraide avec les autres territoires.

Parce que l’autonomie est impossible à atteindre à l’échelle d’une ville, et que les régions ont une cohérence écologique et culturelle plus grande que la province. Le Bas-Saint-Laurent a beaucoup plus à offrir que nous le croyons pour répondre à nos besoins essentiels.

Parce que l’autonomie ne peut pas fonctionner si elle n’est pas viable écologiquement, économiquement et socialement. Une durabilité forte est une condition essentielle pour faire de l’autonomie un projet à long terme pour notre région.

Notre gouvernance

Un comité de pilotage (COPIL) inclut des élus municipaux, une équipe de recherche, des expertes et experts et des membres de la société civile. Les organismes, les citoyennes et citoyens seront appelé·e·s à apporter leur contribution.

Élu·e·s

La table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) est signataire officielle de l’engagement auprès du réseau FabCity. Les nouveaux membres sont: Solange Morneau, mairesse de St-Pascal, Vincent Bérubé, maire de La Pocatière et Eddy Métivier, maire de Matane.

Citoyen·ne·s

Le comité de pilotage a des sièges attribués à des citoyens et citoyennes qui ont une expertise particulière sur les thèmes de la FabRégion. Ils peuvent être présents eu leur nom ou en tant que représentant d’un collectif. On retrouve actuellement quatre membres issus de la communauté. Hugo Latulippe, artiste résident de Cacouna, Martin Poirier, représentant de Rimouski en transition, Marie-Hélène Harvey, résidente de Rivière-du-Loup et Stéphane Poirier, de la MRC de la Matapédia.

Organismes de la recherche et du développement

Le Laboratoire en innovation ouverte (LLio) du Cégep de Rivière-du-Loup et l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) font partie du comité de pilotage pour apporter leurs compétences en recherche. Ils sont associés au Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL) et à Économie sociale Bas-Saint-Laurent, deux acteurs importants du développement économique et social.

Expert·e·s

La table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent délègue Mylène Blanchette, experte sur les questions agroalimentaires sur le COPIL. Pour le volet énergétique, Patrick Morin du Conseil régional de l’environnement, est l’expert dédié au secteur. Pour le volet manufacturier, c’est Émilie Dupont de la SADC du Kamouraska qui contribue grâce à son expertise en économie circulaire; Marc Fraser, coordonnateur de la TREMBSL, apporte, quant à lui, son expertise pour le volet de la gouvernance.

Le processus de recherche

Le processus qui guide le projet FabRégion est inspiré des travaux sur la gestion des transitions. Il consiste essentiellement à comprendre notre situation actuelle, à cocréer notre vision pour un futur désirable collectivement, et à tracer le chemin qui relie les deux. Ce chemin nous donnera alors la trajectoire à suivre pour réaliser concrètement la transition vers une autonomie durable.

Cliquez sur une année pour avoir plus de détails.

Le processus
Fermer

2020

Le projet de recherche-action se déroule sur 3 ans.

2021

Portraits :

Connaître notre situation actuelle et notre niveau d’autonomie dans les trois secteurs visés. C’est le travail des chercheurs et des experts qui synthétisent les connaissances des acteurs de la région.

Vision :

Définir collectivement la situation que l’on souhaite atteindre en 2054. C’est la vision d’un futur désirable et réaliste, coconstruite avec les acteur·trice·s de la région.

2022

Trajectoires :

Relier la situation actuelle des portraits au futur que l’on a défini dans la vision. Ce sont les étapes qu’il va falloir franchir progressivement pour y arriver. Il peut y avoir plusieurs trajectoires pour arriver à un même but.

2023

Agenda :

Planifier la mise en œuvre des trajectoires en lien avec les planifications régionales existantes dans les différents secteurs. Les éléments les plus crédibles, performants et convaincants des trajectoires sont retenus, organisés dans le temps et pris en charge par différents acteur·trice·s du milieu.

2024-2054

Expérimentation :

Expérimenter localement les éléments priorisés dans l’agenda. Plusieurs expérimentations peuvent se faire en parallèle pour trouver les meilleures solutions sur le terrain.

Mise à l'échelle:

Mettre à l’échelle les expérimentations qui ont fonctionné localement en les adaptant dans toutes les MRC de la région.

Financement

La démarche FabRégion Bas-Saint-Laurent est financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et génie du Canada et le portrait de l’autonomie par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI).

CRSNG Gouvernement du Canada Gouvernement du Québec

Partenaires collaborateurs

Llio SADC Rimouski en transition Table de concertation bioaliimentaire TREMBSL CRDBSL ESBSL CRESBSL UQAR

Revue de presse

Lancement du portrait bioalimentaire

Lancement du portrait énergie

Événement FabCity Montréal

Lancement du réseau des laboratoires de fabrication numérique

Première rencontre publique

Lancement et accréditation FabCity Summit